Histoire du sanctuaire sacré de l’Imam Reza (as), du premier serviteur jusqu'à l'organisation administrative
Mercredi , 11/11/2020 - 23:58
Histoire du sanctuaire sacré de l’Imam Reza (as), du premier serviteur jusqu'à l'organisation administrative
L'ensemble des documents de l'organisation administrative de l'Astan Quds-e Razavi datant de l'époque safavide, constitue la plus ancienne collection de documents du pays et des informations sur l'administration, la société, l'économie, l'agriculture, les dons islamiques et d'autres sujets religieux, sur la géographie de l'Iran, de l'Afghanistan et en particulier du Grand Khorasan.

Reza Naqdi, chercheur au Département de la culture et des traditions islamiques, au centre de recherches islamiques de l'Astan Quds-e Razavi, a récemment mené une étude sur "L'Histoire et les agencements de l'Astan Quds-e Razavi à l'époque des Qajars" qui regorge de points intéressants. Nous avons eu une conversation avec ce chercheur qui nous a donné un aperçu de l'histoire du sanctuaire sacré que vous pouvez voir ci-dessous :
Le rôle des Sayyid (descendants reconnus du prophète de l'islam) de la région de Toos, dans la gestion du sanctuaire
Reza Naqdi raconte l'histoire et l'organisation de l'Astan Quds Razavi qui a débuté avec le martyre de l'Imam Reza (a.s), jusqu’au règne de Shah Tahmasb de la dynastie des Safavides. Il raconte : « Dès le début, des serviteurs ont été embauchés pour s'occuper des affaires du sanctuaire et Hossein Ibn Ali Ibn Saeed Barbari, membre de la famille maternelle de l'Imam Reza (a.s), fut le premier serviteur du sanctuaire sacré.                                 Le tombeau de Harun Al-Rasheed, calife abbasside, se trouvait à côté du sanctuaire sacré de l'Imam Reza (as). Pour cette raison, il y a toujours eu une rivalité entre les chiites et les adeptes de Harun al-Rasheed, mais progressivement les chiites se sont rassemblés autour de la tombe de l'Imam Reza (as) et se sont installés aux alentours du sanctuaire qui a été agrandi au quatrième siècle de l'Hégire pendant la période samanide. À cette période, les Sayyid Mousavi (descendants de Hamza bin Musa al-Kadhim (as), ont pris en charge le sanctuaire et la région de Toos, et sont restés à ce poste jusqu'à la fin de la période timuride avec la responsabilité très importante de la gestion et de la préservation du sanctuaire et de ses objets, et l'expansion de la cour de l'Imam Reza (as).
Pendant la période des Seldjoukides et après les Khwârazm-Shahs, une attention particulière a été accordée au sanctuaire comme le montrent les céramiques de valeur de Sanjari. Cependant, il existe, malheureusement, peu de documents sur l'organisation du sanctuaire à cette époque.
Organisation du sanctuaire à l'époque des timurides
Naqdi poursuit : « Après la chute des Abbassides, le sanctuaire sacré a attiré l'attention de beaucoup de gens. L'organisation du sanctuaire s'est développée pendant la période timuride, et c'est avec Shahrokh Teymouri que la ville sainte de Machhad est devenue la troisième plus grande ville du grand Khorasan, après Samarkand et Herat. À partir de ce moment, en raison de l'afflux de pèlerins, l'organisation du sanctuaire et les constructions dans le sanctuaire, ont augmenté. On peut citer par exemple, la construction de la mosquée Goharshad, les écoles de Dodarb (à deux portes), celle de Prizad et de Shahrokhi, ainsi que la grande cour Atique où Amir Alishir Navai, ministre et conseiller du sultan Hussein Bayqara, a joué un rôle éminent. 
Avec la reconnaissance du chiisme par le Shah Ismail Safavide, le sanctuaire est devenue un grand centre chiite. De nombreuses organisations présentes dans le sanctuaire, datent de la période safavide, au cours de laquelle le sanctuaire de l'Imam Reza (as) a été reconnu comme l'un des lieux les plus sacrés du monde islamique et un centre de bienfaisance avec beaucoup de dons. Autour du sanctuaire, des écoles, des mosquées et des centres de bien-être ont été construits. Sur l'ordre de Shah Tahmasb I de la dynastie des Safavides, une vaste organisation administrative et financière a été créée pour le sanctuaire sacré, qui après le Shah, était dirigé par un fiduciaire qui supervisait les champs de finances et les dons islamiques. Nous pouvons aussi citer les responsables des finances (Mostofi) et parmi les centres de bien-être, le dispensaire Dar al-Shifa, les auberges, le Sharbatkhaneh (lieu où l'on prépare les boissons), le Saqakhaneh (la fontaine publique), l'éclairage, la bibliothèque, le bureau des serviteurs, des balayeurs et des gardiens qui complétaient l'organisation du sanctuaire et étaient composés eux aussi de subdivisions et organisations financières et administratives.
 

Source :